The Latest

Contribute. We love to hear your thoughts, your musings and your latest work. Please share with us!
Write a post

Modifier nos comportements est-il vraiment important pour lutter contre la crise climatique?

Posted on April 22, 2022
By Laura Schnurr

Cette ressource est également disponible en anglais. Cliquez ici pour accéder à la version anglaise.

 

alin-andersen-globeEn grandissant, j’attendais toujours avec impatience le Jour de la Terre. Mon école primaire organisait des activités pour que nous plantions des arbres, collections des déchets ou fabriquions des mangeoires à oiseaux.

C’était dans les années 90, quand nous savions que la Terre était fragile et devait être protégée, mais que nous n’avions pas une conscience totale de la menace existentielle que le changement climatique pose sur l’humanité, ni de la rapidité ou de l’ampleur du problème. L’écoanxiété que de nombreux jeunes éprouvent aujourd’hui au quotidien ne nous accablait pas. On avait l’impression que nos petits gestes, au niveau individuel et au niveau de la communauté, suffiraient. Aujourd’hui, une telle réponse peut sembler naïve et inadaptée dans le meilleur des cas, et éventuellement contre-productive dans le pire des cas. Nous avons besoin d’une transition sociétale vers une économie régénérative et inclusive rendue possible par des changements politiques et réglementaires.

Pourtant, les comportements individuels ont un rôle déterminant à jouer. Dans l’article Individual carbon footprints or collective systems change? Both!, Elizabeth Sawin défend l’idée que les gestes qui visent à réduire l’empreinte carbone d’un individu nous aident à imaginer ce à quoi un futur faible en carbone peut ressembler, tout en contestant l’idée que la protection du climat est un sacrifice (après tout, mettre des tomates en conserve et participer à un jardin communautaire peut être agréable). Sawin soutient également que changer nos comportements individuels peut approfondir la façon dont les personnes, les communautés et les écosystèmes changent et que « les systèmes évoluent plus efficacement lorsque le changement s’opère à plusieurs niveaux, avec une certaine cohérence ».


Calculer et réduire votre empreinte écologique

Récemment, j’ai calculé ma propre contribution à la crise climatique à l’aide de la calculatrice d’empreinte écologique du Global Footprint Network et j’ai appris que mon jour personnel du dépassement est le 10 juin. Cela signifie que je consomme bien plus de ressources que ma « juste part » et que, si tout le monde vivait comme moi, nous aurions besoin de 2,3 planètes pour nous entretenir. Au Canada, la moyenne d’un individu est de 5 planètes (ma propre consommation est en dessous de la moyenne en grande partie parce que je vis au Québec, et qu’Hydro-Québec fournit 99 % d’énergies renouvelables, que je vis dans un centre urbain et que je ne possède pas de voiture).

Calculer notre empreinte individuelle n’a pas pour but de nous faire culpabiliser ou de nous moquer les un·e·s des autres. De telles « émotions négatives » ne réussissent pas à nous inciter à agir (sans parler du fait que les compagnies pétrolières cherchent depuis longtemps à individualiser le problème pour se décharger de toute responsabilité). Ces informations peuvent plutôt nous éclairer sur la manière dont nous pouvons réduire nos propres émissions, ce qui nous permet d’agir. Cela peut nous responsabiliser, nous offrant un sentiment de pouvoir et, par conséquent, de l’espoir. C’est le thème que Katharine Hayhoe explore en profondeur dans le livre Saving Us.

Déterminer les actions à entreprendre est le défi suivant, mais il existe de nombreuses ressources pour nous aider à y parvenir. BrightAction est une plateforme américaine qui suggère toute une série de gestes durables et donne aux gens la possibilité d’entrer en contact avec d’autres personnes dans leur communauté pour collaborer à plus grande échelle. Un autre exemple est le projet Community Climate Circles du Nanaimo Climate Action Hub qui relie proches, collègues et voisin·e·s pour réduire la pollution climatique de leur foyer. Il se peut qu’il y ait des initiatives similaires dans votre propre communauté : contactez une organisation environnementale locale pour le découvrir.

Pour le Jour de la Terre et tout au long de l’année, façonnons un avenir meilleur et durable. Chaque geste positif compte, peu importe sa taille.

Topics:
Transition climatique, CCT FR Blog, French Blog, Changement climatique


Related Posts

National Strategy Highlights Kitchener for Localizing Sustainable Development Goals (en anglais)

BACK TO THE LATEST